Le mot du Maire

michel-jack

« Ce qui compte, ce ne sont pas les individus mais le collectif. Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès » Nelson Mandela

Très chers surfondaises,
Très chers surfondais,

Décembre 2019 : dernier Surfonds-Info de l’année et de fait, dernier « Mot du Maire » de la mandature. Je m’en vais répondre tout de suite à la question que certains se posent alors que mon mandat touche à sa fin. Sans trop d’hésitations, j’ai décidé de ne pas me représenter aux prochaines élections municipales. Cette décision est définitive. Le mandat de maire est très intéressant et valorisant. J’ai appris plein de choses. Mais c’est un travail exigeant et chronophage.

La roue tourne. Maire adjoint de 2008 à 2014, Maire de 2014 jusqu’en mars 2020, je ne briguerai pas un troisième mandat car il faut savoir être raisonnable et s’arrêter. Il faut donner la chance à la nouvelle génération qui apportera de nouvelles idées en tenant compte de la population. Je me suis totalement impliqué pour mon village, avec passion. J’aime ma commune, j’aime ses habitants. Mais le temps est venu de privilégier la jeunesse et de s’appuyer sur de nouvelles forces vives. Je veux profiter un peu de la vie en passant donc un peu plus de temps avec ma famille : auprès de ma femme qui m’a soutenu et encouragé pendant les moments difficiles de ces mandats municipaux, de mes enfants et mes petits-enfants, et de ceux qui me considèrent comme un ami. Si, si, il y en a, plus que certains ne croient !

Je garde aujourd’hui, et garderai jusqu’à la fin du mandat, mon enthousiasme pour cette fonction de maire, qui est très noble. Pour être Maire, il faut savoir être pédagogue en expliquant aux habitants qu’entre l’annonce d’un projet et sa réalisation, il faut du temps… Il faut aussi être opiniâtre, voire même entêté, persévérant, pour atteindre les objectifs fixés. Il faut aussi savoir faire preuve d’empathie. Savoir écouter les habitants, s’intéresser sincèrement à eux. C’est presque un sacerdoce d’être maire. Vous pouvez être appelé à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Alors je comprends les peurs de ceux qui hésitent à s’engager.

J’ai pu et je peux encore jusqu’en mars 2020 compter sur une équipe d’adjoints et d’élus qui se sont investis énormément et sans compter. Je peux aussi m’appuyer sur une secrétaire très compétente, toujours à l’écoute, et des employés municipaux à la hauteur. C’est une très grande chance. Avec cette équipe, nous avons toujours tenu compte des contributions des uns et des autres pour présenter des projets suffisamment réalistes pour être réalisables. Mais avec toujours le souci de rappeler que l’intérêt général ne se confond pas avec les intérêts particuliers, ni avec la somme des intérêts particuliers. Nous nous sommes toujours efforcés d’être dans cette ligne, sans parti pris, avec le plus d’objectivité et de transparence possible. Si nos débats ont été parfois passionnés (parce que passionnants !), si nous n’avons pas toujours été d’accord et avons exprimé nos divergences, nos échanges ont toujours été  dignes, respectueux de tous, ils ont toujours contribué  à l’intérêt de nos concitoyens. Je ne suis pas un homme qui vit avec des regrets, même si l’on ne peut contenter tout le monde. Je partirai avec un sentiment de devoir accompli par rapport aux objectifs fixés par le conseil municipal en 2014. Dans ma vie d’élu, j’ai toujours voulu avancer. J’ai une vision plutôt optimiste des choses et les obstacles sont là, faits pour être franchis. Je garderai de tous, au fond de mon cœur : les bons souvenirs, les mercis et les signes d’amitié, témoins du travail réalisé avec ce groupe depuis son élection. Je mentirai si je vous disais que je m’en vais sans pincement au cœur. On ne quitte pas une fonction exaltante, sans éprouver ou ressentir un peu de vague à l’âme. Qui plus est, quand on a eu la chance de travailler avec les élus de ce Conseil Municipal, que vous, chers surfondaises et surfondais, avez mandaté de brillante façon le 23 mars 2014. Toujours prêts à se mobiliser pour travailler, faire vivre et aboutir les projets de la commune. Je ne vous rappellerai pas ces réalisations, elles sont sous vos yeux tous les jours et vous avez pu les découvrir au fur et à mesure sur le site  www.surfonds.fr  ou dans vos Surfonds-Infos, Il est certain qu’il reste beaucoup de travail. Pour un élu, devant le travail, la roue libre n’existe pas il faut toujours pédaler. Les élus subissent de nombreuses pressions. Or, je vous rappelle qu’avant d’être élus ils sont des femmes et des hommes avec leurs faiblesses, leurs défauts. Et de ce fait ils doivent être forts. Et c’est encore la défense de l’intérêt public qui doit les guider.

Vos élus, n’affirment pas ! Ils suggèrent, ils proposent, ils débattent  ils essayent de fédérer leurs idées mais ils prennent toujours en compte les autres points de vue. Ils travaillent pour mieux vivre à Surfonds. En ce qui me concerne, ce qui me rassure c’est que la relève se trouve parmi vous qui me lisez, et j’ai toute confiance dans vos capacités : vous apprendrez à gérer la commune comme certaines générations, avant vous, l’ont fait. Sachez que vous pourrez compter sur moi, compter sur mon soutien dans la bataille électorale si, pour les prochaines élections municipales vous présentez  une liste qui regroupe des citoyens ayant la volonté de développer des projets  nécessaires au bien-être de la collectivité.

Je dis aux plus jeunes, et aux nouveaux surfondais, vous êtes l’avenir de la commune. Vous devez apporter l’énergie supplémentaire dont elle a besoin et participer à la construction d’un nouveau Surfonds. Nous avons œuvré dans ce sens et c’est à Vous, maintenant, qu’il revient d’écrire la suite de cette passionnante  aventure. Je demande aux plus anciens de vous soutenir, de vous aider, voire de vous conseiller pour mener à bien la tâche qui va vous être confiée. J’ose écrire que les rails sont en bonne place et que le train est sur la bonne voie. Ne pas décevoir, voilà le principal objectif. On ne peut y parvenir qu’en veillant au respect de tous, en prenant en compte les besoins de chacun. Aucun élu n’y trouvant pas un grand plaisir ou une satisfaction légitime ne peut mener à bien cette tâche qui lui aura été confiée par les électeurs.

En cette fin d’année, c’est avec un plaisir sincère qu’au nom du Conseil municipal, de notre secrétaire Florence Tuytten et des employés municipaux, que je vous souhaite à vous et à vos proches, une bonne et heureuse année. Que la santé, la sérénité, le bonheur, la prospérité, l’espoir, soient les ingrédients de votre réussite dans l’accomplissement des projets et souhaits qui vous tiennent à cœur. J’ai une pensée également pour celles et ceux qui sont touchés par les épreuves de la vie, la maladie, la solitude. Je leur adresse, une pensée particulière et je forme le vœu que 2020 leur apporte guérison, courage, espérance et réconfort !

Voilà  chers surfondaises et chers surfondais, c’est mon dernier mot (sic…). Je vous verrai maintenant pour les vœux du Conseil Municipal le dimanche 5 janvier à 15h00 dans notre belle salle Paul Grasteau. J’aurai en ce jour beaucoup trop d’émotion et je déléguerai les discours à mes très chers collègues.

Je termine comme j’ai commencé, avec Nelson Mandela :

« Nous devons utiliser le temps à bon escient et nous rendre compte qu’il est toujours temps de faire le bien. »

Bien à vous et encore à votre service,

Michel JACK